Benamou, courtisan mittérandien

S'il y a bien une personne qui incarne la pensée unique, le terrorisme intellectuel en vigueur en France depuis le début des années 80, c'est bien Georges-Marc Benamou.

Cet avocat de formation, co-fondateur du mouvement ethno-différentialiste SOS Racisme, fonde le mensuel Globe, avec l'appui d'un autre courtisan mittérandien peu recommandable : Pierre Bergé.

Les deux personnages deviennent alors l'incarnation de la gauche caviar, à la tête d'une armée de pseudo-intellos et de saltimbanques, qui n'avaient de cesse de détruire et d'invectiver tout ce qui fait l'âme de la France, en particulier le patriotisme (du nazisme dissimulé) et le catholicisme (à l'origine de tous les maux de la planète).

« Vous condamnez ces propos ? »

Souvenez vous de la grande époque du sinistre et ennuyeux Sept sur Sept d'Anne Sinclair, où chaque invité se devait de « condamner » les propos d'untel ou untel qui s'est écarté de la pensée officielle.

Souvenez-vous de cette époque, pas si lointaine, où quiconque émettait une objection sur la politique d'immigration, sur des questions de sociétés ou de moeurs était lynché médiatiquement et interdit d'antenne.

La politique de la haine

Globe est l'un des magazines qui a le plus contribué à ce flicage de la pensée. C'était l'époque où les bien pensants de gauche comme de droite s'attendrissaient des douces paroles haineuses des rappeurs, où toutes les agressions contre la société française (insultes, tags, délinquance) étaient encouragées.

La société française était régulièrement considérée par ces penseurs comme «collabo», «antisémite», « homophobe »et «raciste». Souvenez-vous des sondages odieux de France Inter...

C'est à cette époque que se sont développés les mouvements dits « antiracistes », dont il fallait obligatoirement louer l'existence et l'efficacité de leur combat. On voit qu'elles sont aujourd'hui dans l'impasse.

C'était aussi l'époque d'Act-up, le mouvement pro-gay, qui a grandement contribué à cette dictature de l'immoralité.

Résultat de cette fausse morale : non seulement le peuple français se braque, mais surtout dans aucun pays au monde, jamais on n'a vu autant de violence, de haine se déchaîner en France... contre la France.

A tout cela, Benamou a bien contribué.

Benamou, courtisan sarkozyste

Comme tout courtisan, pour survivre, il faut bien faire de la lèche au pouvoir, et en 2007, Sarkozy a le vent en poupe. Le gauchiste des années 80-90, vire rapidement sa cuti pour devenir un fervent sarkozyste.

Il faut dire que dans les banlieues on commence à réfléchir, et le 11 septembre 2001 n'a rien fait pour améliorer les choses.

Bref, il espère décrocher le maroquin de la Villa Médicis à Rome, mais bien vite, des intellectuels mettent en évidence son manque de compétences. Raté.

Fasciste, fasciste, vous êtes un fasciste !

Ce 29 mai 2010, c'est l'apothéose. Benamou vient présenter un ouvrage de témoignages (sans doute intéressant d'ailleurs) consacré aux premiers gaullistes.

Zemmour, qui pour une fois n'a pas fait preuve d'une agressivité particulière, se fait invectiver par le terroriste intellectuel Benamou (vous êtes à droite de Pétain !), lui rappellant au passage qu'il était juif (on retrouve l'importance de l'origine ethnique pour M. Benamou).

Puis, en chantre du Sarkozyme, M. Benamou, qui a tant détesté la Nation, qui lui a tant craché dessus avec ses amis, se fait le grand défenseur de l'identité nationale. Pitoyable.

L'ÉCLAT vous laisse savourer.